Comprendre le système éducatif au Canada

Avant de vous établir avec votre famille au Canada, vous aimeriez connaître les caractéristiques des écoles et des universités où iront peut-être un jour vos enfants.

Tout d’abord, il faut savoir que l’éducation au Canada est une compétence provinciale. Le système n’est pas le même au Québec qu’en Ontario, en Colombie-Britannique ou en Saskatchewan. Même les diplômes et les parcours scolaires sont différents d’une province à l’autre.

Ça n’empêche pas le Canada d’avoir une excellente réputation quant à son système éducatif, et ce, à travers toutes ses provinces. Selon la plus récente enquête Pisa de l’OCDE, les élèves canadiens se classent d’ailleurs parmi les dix premiers en math, en sciences et en lecture.

Primaire et secondaire : public ou privé ?

Au Canada, l’enseignement est obligatoire de 5 à 16 ans. La maternelle se termine à 6 ans, l’âge d’entrer au primaire. Vous avez le choix d’inscrire vos enfants à l’école publique ou à l’école privée. Gratuites pour tous les résidents, qu’ils soient canadiens ou pas, les écoles publiques sont fréquentées par près de 95% des enfants. Les écoles privées quant à elles sont le plus souvent subventionnées, les prix d’inscription varient d’un établissement à l’autre.

Lorsqu’une famille s’installe au Québec, si elle veut inscrire ses enfants dans une école publique, elle doit le faire dans un établissement qui fait partie de la commission scolaire où elle réside, ce qui veut dire que ce ne sera pas forcément l’école la plus proche ou l’école de son choix.

À la fin du secondaire, les étudiants québécois obtiennent un DES (Diplôme d’études secondaires) qui leur permet d’accéder à l’enseignement collégial avant l’université.

L’école : en français ou en anglais ?

Les familles qui s’installent au Canada désirent souvent que leurs enfants deviennent bilingues et souhaitent les inscrire dans une école anglophone. Alors que dans le reste du Canada, ce n’est pas un problème, il faut savoir qu’au Québec, la loi 101 qui fait du français la langue officielle oblige les parents à envoyer leurs enfants dans l’enseignement francophone, que ce soit dans une école publique ou privée. Outre les enfants qui ont déjà étudié en anglais au Canada ou dont les parents ont été à l’école anglophone au Canada, quelques exceptions sont prévues pour pouvoir inscrire son enfant dans le système anglais. Parmi celles-ci, une seule concerne les étrangers qui viennent pour travailler ou pour étudier temporairement au Québec. S’ils deviennent un jour résidents permanents, ils devront cependant par la suite inscrire leurs enfants dans le système francophone. Notez que l’anglais est enseigné dès l’école primaire dans toutes les écoles du Québec et que la plupart des élèves québécois sortent de l’école parfaitement bilingues.

Les Cégeps : l’exception québécoise

Alors que dans le reste du Canada, l’école secondaire (le collège + lycée en France) compte une année de plus (6), au Québec, après cinq ans de secondaire, les étudiants doivent suivre un programme d’enseignement collégial. D’une durée de deux ou trois ans selon l’option choisie, les programmes du Cégep (Collège d’enseignement général et professionnel) correspondent d’une certaine manière aux classes de première et de terminale en France.

4 universités dans le top 100

Quatre universités canadiennes se sont hissées dans le top 100 des meilleures universités au monde en 2020 : l’Université de Toronto, l’Université de la Colombie Britannique, McGill à Montréal et l’Université Mc Master de Hamilton en Ontario.

Le système des diplômes universitaires au Canada se base sur un certain nombre de crédits. Il faut trois ans d’études, ou 90 crédits, pour obtenir le Bac québécois, l’équivalent de la Licence en France. Alors que dans les universités anglophones québécoises et dans le reste du Canada, le Bachelor prend quatre ans. Pour un master, il faut compter deux ans d’études supplémentaires et de deux à cinq ans pour le doctorat.

Fait intéressant, chaque année, 300 000 étrangers viennent étudier au Canada.

Que coûte l’enseignement au Canada ?

Les frais de scolarité au cycle supérieur, quoique bien moins élevés que ceux aux États-Unis, en Australie ou au Royaume-Uni, peuvent s’avérer importants pour un étudiant étranger. Cependant, en vertu d’une entente entre le Québec et la France, les citoyens français payent les mêmes frais que les Canadiens non-résidents du Québec. Le Québec a par ailleurs signé plusieurs ententes de coopération internationale avec des pays comme l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, la Côte d’ivoire, etc.

Notez que si l’école publique primaire et secondaire est gratuite pour tous les résidents au Canada, les résidents permanents payent les mêmes frais que les Canadiens pour le Cégep ou l’université. De quoi vous donner peut-être envie de venir vous y installer en famille ?

Une idée de prix pour des études supérieures au Canada Les frais de scolarité varient selon les provinces et les programmes d’études. Pour un étudiant étranger, ça peut se situer entre 20 000 $ et 30 000 $ par an auxquels il faut ajouter le loyer et les frais de subsistance. Selon une étude de 2019, la moyenne canadienne des frais de scolarité au premier cycle de l’université pour les étudiants canadiens ou les résidents au Canada s’élève à 5114 $. C’est au Labrador que ça coûte le moins cher avec une moyenne de 2086 $ par an. Le Québec vient en deuxième place avec des frais annuels moyens de 2290 $. L’Ontario est la province la plus chère pour les étudiants avec une moyenne de 6537 $ à débourser chaque année.